Interconnexion des alternatives en pays nantais

Ce document est amené à évoluer en fonction des personnes et des organisations qui s'impliqueront dans la démarche.

Ce document est disponible et plus joli en pdf

Territoire

Le périmètre de la démarche est le pays nantais. Cela inclut Nantes Métropole élargie aux territoires ruraux voisins (annotation 1). Le périmètre exact est à définir avec les premières alternatives qui participeront à la démarche.

Qui sommes nous?

Nous sommes un collectif d'habitants du pays nantais. Bien qu'une partie d'entre nous fasse partie d'organisations militantes diverses, de nombreuses personnes contribuent en leur propre nom. La démarche a été initialisée au sein d'Alternatiba Nantes dans la dynamique de "L'autre agenda nantais" et fait partie d'un groupe de travail "Transiscope en pays Nantais". Bien que l'impulsion vienne d'Alternatiba, la démarche est co-pilotée par des personnes qui peuvent représenter leur organisation.

Conviction

Nous pensons que le système actuel détruit les conditions de vie sur terre et produit des mutations systémiques à large échelle (climatiques, environnementales, sociales, démocratiques, économiques...). Des alternatives à ce système existent et sont présentes au niveau global et local. Transiscope référence une grande partie des alternatives locales et la charte de ce projet sera le point de départ pour définir ce qu'est une alternative : https://transiscope.org/charte/. Ces alternatives peuvent devenir la norme de demain et cela est souhaitable.

Etat des lieux

Il existe une densité importante d'alternatives sur ce territoire et des coopérations historiques sectorielles ou géographiques sont déjà en place. Plusieurs têtes de réseau (Ecopole, Les Ecossolies, Nantes en Commun, Alternatiba, ...) favorisent déjà des coopérations.

Intention / raison d'être / objectif

Nous souhaitons que les alternatives d'aujourd'hui deviennent la norme de demain le plus vite possible afin de lutter contre le dérèglement climatique, l'effondrement de la biodiversité, l'épuisement des ressources, la fracture sociale, l'exclusion et la xénophobie, l'autoritarisme et le dogmatisme, les défaillances de la démocratie représentative, le néolibéralisme débridé et l'individualisme. Il nous semble que les alternatives ne sont pas encore suffisamment interconnectées et n'agissent pas assez ensemble pour constituer un écosystème crédible, visible, désirable et fort, en capacité de devenir le nouveau système. Notre objectif est d'y remédier rapidement sur le territoire où nous vivons et d'éviter que d'autres systèmes plus obscurs se mettent en place. Nous nous inspirons de plusieurs initiatives dans lesquelles nous pourrions nous inclure :

Inclusion / attitude / coopération

Nous accueillons toute personne vivant sur le territoire et toute organisation partageant nos convictions et notre intention à venir participer à notre démarche. Nous ne voulons pas remplacer les têtes de réseaux et les institutions existantes mais faire au mieux et au plus efficace avec ce qui a déjà été fait et les projets de chacune. Nous sommes convaincu.e.s que la coopération avec des projets comparables au niveau local ("base sociale et climatique", "les bonnes révolutions", "coopérative intégrale"...) et global est vitale pour la réussite de la démarche. Nous sommes ouvert.e.s à la coopération avec les pouvoirs publics.

Méthodologie / gouvernance

Notre méthodologie est inspirée du "design thinking" qui commence par étudier avec empathie les besoins des alternatives du territoire, de concevoir puis réaliser de manière itérative (annotation 2) des projets à partir de ces besoins en prenant soin de mesurer les impacts de ce qui est réalisé.e et de réinterroger la conception et les besoins. La gouvernance n'est pas encore déterminée. Nous souhaitons construire cette gouvernance avec les organisations qui participeront à la démarche et les alternatives du territoire dans les premiers mois de celle-ci. Notre stratégie est de se concentrer sur les liens et les projets communs entre les alternatives car elles sont souvent concentrées sur leur activité et il est parfois difficile de consacrer de l’énergie et du temps aux externalités. Nous nous inspirons de la logique d'archipel (Edouard Glissant) et nous nous considérons comme l'eau qui va permettre aux pirogues (liens) de relier les îles (alternatives).

annotation 1 : L'inclusion de zones rurales extérieures à la métropole vient de la dépendance (alimentaire, energétique...) de celle-ci à ces zones.

annotation 2 : une gestion itérative de projet se concentre sur la production d'un livrable qui répond aux besoins essentiels le plus rapidement possible et sur son amélioration avec le client tout au long du projet en livrant régulièrement des évolutions de ce.s livrable.s